Bleu Blanc Rouge contre Black Blanc Sang!

La France est championne du monde de football, bravo les bleus et vive la France !

Après avoir connu 6 demi finales de coupes du monde et en atteignant sa troisième finale en 20 ans, l’équipe de France de football décroche une deuxième étoile bien méritée, fruit du talent de joueurs extraordinaires et d’éducateurs et de formateurs aux qualités exceptionnelles.
57 joueurs formés en France étaient présents au mondial russe, le savoir faire à la française en matière de formation doit être loué.

Durant quelques heures, quelques jours, le pays met ses problèmes entre parenthèses, c’est une bouffée d’oxygène salutaire qui vient à point en ce début de période estivale.

Le lourd climat sociétal depuis 2015 y est pour beaucoup dans ce besoin de communier derrière cette belle équipe.

Il est évident que le football ne règlera aucun des problèmes politiques et économiques auxquels le pays est confronté malgré les efforts de communication du président Macron.

Le retour aux réalités fut brutal et les événements soigneusement cachés et minorés par les médias sont venus nous rappeler un réel violent et inquiétant.
La victoire des bleus fut l’occasion rêvée pour que des émeutiers patentés puissent s’adonner à leur passe temps favori: brûler des voitures, fracasser des vitrines, razzier des commerces, sortir des drapeaux algériens, tabasser des innocents supporters fiers des bleus et de leur pays.
Pire, des scènes dignes de la Place Tahir ou de Cologne lors de la fameuse nuit de la Saint Sylvestre en 2015, se sont déroulées en plein Paris. Des femmes ont été agressées sexuellement au nom de la fraternité et de la communion républicaine qu’il ne fallait pas gâcher en témoignant de ces faits graves.
Ces violences font tâches et nous ramènent rapidement à une réalité plus que préoccupante sur l’état de décomposition du pays.
La majorité de nos médias, ont fonctionné comme des organes de propagande et ont tout fait pour évacuer ces signes inquiétants.

On suspecte à juste titre, le Président Macron de vouloir récupérer cette victoire à des fins politiques, d’autres pour des raisons idéologiques ne se sont pas gênés pour se vautrer dans la boue et l’ignominie.

Ainsi de Rivarol à Riposte Laïque, on refusait de soutenir les bleus et on prenait même parti pour l’équipe Croate!
En terme de patriotisme, il y a comme une contradiction.
Les raisons invoquées étaient le refus d’une équipe trop « africanisée » et/ou la récupération idéologique de la physionomie de cette équipe de France.

Comme une réponse en miroir, nous avons été témoin d’une escalade dans le racisme avec un communiqué de la Licra de Paris qui se roulait dans une fange jamais atteinte de la part d’une association anti raciste!
Après avoir pris parti avec les islamistes du CCIF contre Georges Bensoussan, la Licra faisait la police morale du taux de mélanine dans l’équipe croate!
Cette association reproche aux croates d’avoir une équipe trop uniforme car composée que de blancs.
Est ce qu’on oserait reprocher au Sénégal d’être trop uniforme car il n’y a que des noirs, ou au Japon d’avoir trop de jaunes aux yeux bridés?
L’équipe d’Allemagne, multi ethnique, s’est pris un cinglant 2-0 contre la très uniforme Corée du Sud.

Il s’agit de racisme envers les joueurs blancs de l’équipe croate.

Doit on rappeler que les pays d’Europe centrale et de l’est n’ont pas de passé de colonisateurs et qu’ils ne récupèrent pas une partie des descendants de leurs ex colonisés pour des raisons économiques ?

Une bonne équipe est elle forcément une équipe multiculturelle ou multi ethnique ?

Non, car l’équipe de France de 2010 restée dans le bus est le parfait contre exemple.
Et les équipes d’Espagne ou d’Italie qui ont gagnées deux des dernières coupes du monde prouvent aussi le contraire.
Il n’y a pas de règles.

Il ne suffit pas de mettre des noirs dans une équipe pour être champions comme il ne suffit pas d’être « uniformes » d’un point de vue ethnique pour être les plus forts.

Je crois que ces propos venants surtout de gauche comme ceux de la Licra de Paris veulent nous faire comprendre une chose:
Sans les « africains » ou sans la « diversité » nous serions incapables de gagner quoi que ce soit.
C’est une façon de promouvoir l’immigration de façon déraisonnable.

Comme si les choses étaient aussi binaires et manichéennes.

Ça pue le racisme de deux façons et c’est assez effroyable.

On ramène les personnes noires ou métisses à leurs origines extra hexagonales, et on dit aux blancs, vous êtes des bons à riens, disparaissez!

Intolérable !

Le Parti des Indigènes de la République y est allé aussi de sa diatribe anti France en refusant l’intégration par « le foot et le jambon », mais cela passa presque inaperçu au milieu de cette surenchère raciste, et que dire de ce tweet nous demandant combien de Mbappé et de Kanté traversaient la Méditerranée, l’indécence à l’égard d’un pays qui a accueilli plus que les autres durant les 40 dernières années n’a plus de limites.

Le magazine Paris Match y est aussi allé de son couplet anti France en attribuant la victoire à l’Afrique!
Ainsi donc, Lloris, Pavard, Hernandez, Griezmann, Giroud et le sélectionneur Deschamps n’étaient que des bons à rien, parties négligeables?
Paris Match met il un garçon comme Varane en Afrique ?
Et les joueurs d’origines africaines nés en France, formés en France ne seraient pas français ?

Une des plus belles réponses fut donnée par Benjamin Mendy, joueur de l’équipe de France, qui à un tweet mettant des drapeaux étrangers aux côtés des joueurs aux origines extra hexagonales, répondit par un tweet de rectification en corrigeant avec 23 drapeaux bleu blanc rouge aux côtés des 23 joueurs français.
Une autre réplique punchy et sans détour fut le fait de Nicolas Batum, joueur de basket professionnel évoluant aux USA:
« Désolé de mon langage mais les gens qui disent  »bravo Africa pour votre victoire » allez tous bien vous faire foutre !, lâche Nicolas Batum. Je porte fièrement le maillot bleu avec «France» écrit en gros, j’ai gagné des trophées et médailles avec l’équipe de France depuis que j’ai 15 ans, je chante La Marseillaise, je crie haut et fort que je suis français quand je suis aux USA. Alors j’ai un père et un nom camerounais, mais nous tous on se bat et on joue pour la France car nous sommes nés ici, avons grandi ici, avons appris notre sport en France, avons la fierté d’avoir la nationalité française. »

« On gagne pour la France, pour les jeunes français qui nous regardent et aspirent à faire de même et porter haut les couleurs de la France. Soyons fiers de ça. Vive la république et vive la France ! », conclut-il.

On ne peut faire et dire mieux pour renvoyer les pires racistes à leur fumier qui leur sert de terreau idéologique.