Ce jour où l’amour de notre pays nous a réunis…

Nous croyons qu’il existe une identité française, une culture française, un art de vivre « à la française ».

Il y a maintenant un an, une demi-douzaine de personnes décidaient de se réunir pour constituer une association citoyenne, « La France De Marianne ». Ces citoyens étaient inquiets pour l’avenir de leur pays et ne pouvaient plus se satisfaire de lancer des alertes et de multiplier les analyses.

Le constat était alarmant, inquiétant: le pays était attaqué par des attentats et des actes de barbarie jamais connus depuis la seconde guerre mondiale, et le traitement de cette déclaration de guerre était abordé de façon superficielle par les candidats à l’élection présidentielle.

Parallèlement un état des lieux effarant s’imposait, une contre société s’affirmait dans notre pays entraînant une partition culturelle et territoriale au sein de notre nation. Cette contre société est animée par un islam identitaire et par une haine revancharde contre la France, suite au passé colonial de celle ci.

A posteriori, en reliant les évènements des 30 dernières années, on comprenait qu’une guerre idéologique nous avait été déclarée en 1989 lors de l’arrivée des voiles islamiques dans un collège de Creil, et que la guerre armée commença avec le gang de Roubaix et Khaled Kelcal en 1995.

L’idéologie qui arme de jeunes musulmans contre leur propre pays est aussi celle qui entraîne les quartiers dits « sensibles » vers cette fameuse partition territoriale et conteste toutes les lois et valeurs de la République sous couvert de racisme et de discriminations agités en épouvantail réthorique.

Pourtant, un diagnostic clinique avait été établi par Georges Bensoussan en 2002, il parlait de « territoires perdus de la République ».

Au début des années 90, Charles Rojzman, thérapeute social, alertait en vain lui aussi les politiques en place face à la montée des violences et des intolérances dans les banlieues.

 Le traitement politique de ces signes de désagrégation du tissu national est un échec et nous ne voyons toujours pas de propositions pour remédier aux effets cataclysmiques à venir face à cette contre société violente et intolérante qui impose des valeurs qui nient ce qui fait l’essence de la France et détruit notre identité culturelle.

 De plus, des écrans de fumée ont été mis en place dans les médias pour ne pas relayer le réel et faire les liens qui s’imposaient avec la matrice culturelle et idéologique qui entraînait le non respect des lois de la République par l’incivilité permanente, la délinquance et les attentats. 

À ces violences s’ajoutent les attaques perverses contre notre République indivisible par des individus issus des Frères Musulmans mais aussi des indigénistes qui noyautent toutes les strates de notre société et se font même inviter dans les médias pour faire leur propagande et utiliser nos lois contre notre pacte social afin de communautariser notre nation.

Non seulement ils ont leurs entrées dans les médias, mais ils ont des alliés et des protecteurs parmi les politiques, une certaine presse écrite mais aussi dans le milieu universitaire et associatif.

Pire, l’observatoire de la laïcité présidé par Jean Louis Bianco est devenu un outil de validation de l’expansion de l’islam politique au nom d’une laïcité inclusive qui aurait pour mission d’être le bouclier d’un islam qui infériorise les femmes et stigmatise les non musulmans.

 De même l’antiracisme est devenu une arme de dissuasion intellectuelle et idéologique pour empêcher tout débat sur la question d’un certain islam et de ses illustrations comportementales qui peuvent créer des tensions dans notre société: prières de rues, refus de la liberté de conscience et de l’apostasie, mariages mixtes conditionnés à la conversion du non musulman, haine religieuse des juifs, contestation des enseignements en histoire, en philosophie et en sciences, refus de la mixité, disparition des femmes dans l’espace public dans certains quartiers, mariages forcés, polygamie cachée, prêches de haine, école coranique sans aucun contrôle sur leurs contenus.

 Nous assistons à un renoncement à faire appliquer les lois républicaines par l’État et les élus locaux pendant que l’islam politique poursuit son agenda sans se soucier de nos atermoiements, profitant au contraire de toutes nos failles, faiblesses et lâchetés.

Pire, l’islam politique bénéficie de complicités objectives au sein de notre nation.

 Nos ennemis peuvent compter sur l’aide d’une partie de la classe politique qui défend un universalisme zélé devant nier nos identités fondamentales alors que l’universalisme est l’enfant de notre histoire politique et philosophique.

Un universalisme sans son socle fondateur pour un homme sans attaches et sans identité culturelle n’est qu’une version post moderne de l’homme nouveau rêvé après la Révolution et qui mit la France à feu et à sang.

 L’islam politique avance en France avec le bouclier immunitaire de la victimisation communautaire visant à culpabiliser l’ensemble de la nation française, de l’État à son peuple ouvert et généreux.

L’objectif est d’installer progressivement les jalons d’un fascisme politico-religieux au sein de notre pays, ce projet prend le nom de Tamkine chez les Frères Musulmans.

 Les massacres de masse et les actes isolés de « déséquilibrés » ont fait passer cette partition en cours comme un moindre mal, alors que cette contre société contient en elle les germes de plus grandes violences à venir, qui ne manqueront pas à chaque fois qu’on s’opposera à son développement.

 Depuis 40 ans, nos responsables politiques ont été incapables de prévenir la catastrophe en cours, bien au contraire ils l’ont accompagnée ou ont regardé ailleurs.

Ils sont passés de la démission à la soumission, certains sont même dans la collaboration inclusive avec une bonhommie indécente!

 Le judiciaire est aussi concerné par ce délabrement politique, il est incapable d’apporter les réponses adéquates aux violences venues des territoires perdus de la République. Le judiciaire n’est ni préventif, ni dissuasif, il potentialise même les phénomènes de radicalisations et met en danger les honnêtes citoyens par son inefficacité. Les médias multiplient les stratégies de diversion et de développement d’écrans de fumées pour relativiser, minimiser voir cacher le réel.

Les analyses pertinentes sur le sujet sont évitées afin de ne pas perturber le jeu politicien classique.

 Démission, soumission, collaboration et trahison sont devenus les quatre points cardinaux de la boussole des quatre pouvoirs.

Nous subissons l’insécurité physique, culturelle et intellectuelle mais aussi le risque de mort sociale si nous dénonçons le réel.

 Les raisons de cette faillite morale sont multiples: clientélisme, intérêts économiques internationaux, positions géostratégiques douteuses, idéologie islamogauchiste faisant des descendants de colonisés un nouveau prolétariat de damnés de la terre, mais aussi peur d’embraser les territoires perdus de la République.

 Ce constat inquiétant nous oblige à rentrer en résistance citoyenne par le biais d’une force associative regroupant des femmes et des hommes de bonne volonté afin de devenir un cinquième pouvoir capable de rappeler les quatre autres pouvoirs à leurs devoirs, a l’obligation qu’ils ont de protéger notre pacte social républicain et notre identité culturelle.

Un cinquième pouvoir fort, constitué de citoyens déterminés défendant les valeurs transversales de notre République au premier rang desquelles la Liberté qui guide notre peuple. Cette Liberté préalable à la démocratie, notre bien le plus précieux, mais aussi socle de la laïcité qui ne peut en aucun cas transiger avec quelque pouvoir religieux, doit être défendue et portée haut.

 C’est toute l’ambition de La France De Marianne qui, après un an d’existence voit ses rangs gonfler et dont notre raison d’être est l’action.

 Au-delà des diagnostics, des constats, des échanges, nous souhaitons d’abord prendre des initiatives et mener un combat de terrain, concret et visible.

 Nos principales missions opérationnelles sont les suivantes :

-Sensibiliser, informer et ré-informer

– Fédérer les énergies, rassembler les acteurs, créer des passerelles

– Interpeller les dirigeants politiques et les élus locaux

– Soutenir nos concitoyens républicains lorsque cela s’impose

– Organiser des moments de rencontre et d’échange

 Nos statuts sont clairs et sans ambiguïté : La France de Marianne est indépendante et apolitique, elle défend une identité culturelle non figée, fière de sa tradition cosmopolite qui lui a permis de s’enrichir du meilleur de cultures étrangères, tant qu’elles n’entraînaient pas notre pays vers la régression en matières de droits humains et de libertés individuelles.

La France De Marianne est d’abord heureuse de défendre sa culture gréco-latine et ses traditions judéo-chrétiennes ainsi que cet esprit Français frondeur et insolent.

Nous refusons toute forme de rapprochement avec un appareil politique ou partisan.

 Nos membres sont issus d’horizons très divers, qu’il s’agisse de leurs parcours, de leur statut social, de leurs orientations politiques ou de leurs croyances. Les visages présents sur le site représentent la France, ils sont donc « La France De Marianne», parce que c’est elle, parce que c’est nous!

 Les terrains d’actions sont locaux, médiatiques et numériques, de fait nous ne pouvions pas faire l’économie d’un site de qualité afin de donner une visibilité à notre association.

Nous sommes donc très fiers de vous présenter ce site ouvert à tout citoyen souhaitant nous apporter un témoignage de son vécu difficile au contact des expressions de l’islam politique dans notre société.

Nous mettons à disposition sur ce site un espace témoignage mais aussi un espace pour des contributeurs extérieurs engagés dans d’autres associations citoyennes et laïques qui peuvent contribuer à la sensibilisation de nos concitoyens.

 La France De Marianne vous souhaite donc la bienvenue, bienvenu aux amoureux de la liberté et de l’humanisme.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *