L’oubli mortel de nos racines intellectuelles et spirituelles, par Robert Louis Norrès

La France depuis 50 ans au moins a tout fait pour rejeter ses racines tant spirituelles, ce dont le rationalisme pensait pouvoir et même devoir se passer, que classiques. L’époque était à la technicité et au savoir utile. Or le savoir utile ne peut déboucher que sur un peuple d’esclaves tout juste bon à utiliser les outils que ceux qui maîtrisent le savoir mettent dans leurs mains. Plus grave il ne permet plus à ce peuple ni à ses élites invalides de comprendre le monde.

En reniant ses racines, la France a sapé ses richesses intellectuelles dont elles étaient le fondement. La pensée classique et humaniste qui permettait de nous comprendre, de nous connaître nous-mêmes, de comprendre le monde et notre relation à lui a été supplantée dans nos universités, nos écoles, à la radio et dans les médias par un politiquement correct vide de sens, niveleur et araseur de la pensée qui nous oblige à voir le monde en noir et blanc, sans nuance de gris, un monde où notre culture n’existe plus, ou seuls existent des droits, des victimes et des coupables.

Cela débouche sur la situation actuelle ou aucune remise en cause ou discussion des maux et des politiques qui minent notre pays n’est possible, comme l’islamisation en cours, l’immigration de masse, l’aggravation de la condition de la France dite périphérique et même la périphérisation croissante de notre pays, la montée effarante de la violence et le déclassement accéléré de notre pays mesurable et observable de façons multiples, variées et concordantes.

L’effondrement intellectuel en cours empêche d’observer ces faits ou lorsque le déni n’est plus possible d’en analyser les causes dans les choix politiques faits depuis 50 ans. Les chômeurs sont des inadaptés, la France périphérique est peuplée de franchouillards incapables de faire face à la mondialisation. La politique économique menée est la meilleure possible dans la meilleure Europe possible et il n’y a pas d’autre politique possible. Idem en ce qui concerne l’immigration de masse : on ne peut pas faire autrement sauf quand il s’agit d’ouvrir encore plus grand les portes, ou encore pour ce qui concerne la monté du crime en France qu’il soit antisémite, raciste, crapuleux ou gratuit.

Cette incapacité à prévenir le suicide national et au contraire cette propension à l’accélérer trouve son origine dans l’effondrement intellectuel que nous vivons. Ce nihilisme intellectuel a amené chacun à se croire libre, autonome, libéré de toute contrainte autre que d’optimiser sa situation personnelle, tout en ayant détruit le sens de l’intérêt général et donc en ayant détruit le sens de la responsabilité et ce d’autant plus que l’on est élevé dans l’élite sociale.

Il est très difficile d’imaginer que nous saurons éviter le chaos politique et la ruine matérielle avant d’entamer un possible redressement tant le mal est profond.

 

Robert Louis Norrès