Nous connaitre

Notre vision

LE REEL. RIEN QUE LE REEL.

 

Créée à l’automne 2016, La France de Marianne, association apolitique (1), est née de la réunion de citoyens profondément attachés à l’idéal d’un grand pays libre, universaliste et fier de son héritage.

Un pays dont les fondamentaux sont aujourd’hui menacés.

Dans le monde des associations qui prennent part à ce grand débat passionné, nous portons un discours vraiment différent, un discours qui ne se limite pas à défendre de manière très globale la République en tant qu’objet sacré.
Notre analyse va plus loin. Nos propositions aussi.

 

La première force de La France de Marianne, c’est de « faire avec le réel » et de n’être liée par aucune idéologie.

Le diagnostic dressé face à la situation catastrophique que nous connaissons dérange parce qu’il annonce des temps difficiles, des jours noirs, où seuls le courage et la clairvoyance pourront permettre d’endurer des épreuves qui vont inéluctablement surgir à court ou moyen terme.

Nous nous battons pour retrouver nos fondamentaux dans une époque où la France voit s’effriter ce qui a fait sont ciment depuis plus d’un millénaire.
Nous nous battons sur le champ de la réappropriation de notre identité et de notre héritage culturel.

Nous pensons que seule une prise de conscience associée à des réponses fermes pourront nous permettre de continuer à vivre en paix, dans une France où chacun aura sa place.

La France de Marianne défend la Laïcité, inestimable héritage de notre riche histoire, nous en sommes fiers et nous savons ce qui appartient à César et ce qui fut à Jupiter.

Nous sommes donc très fiers de notre culture gréco-romaine et de notre héritage judéo-chrétien qui ont été nécessaires et indispensables à l’émergence de l’Universalisme, produit d’un monde occidental traversé par les idées des Lumières.

Cela ayant été précisé, nous estimons que sans retour du respect de la loi et des représentants de l’État, il est vain de discuter de laïcité face à une contre société complètement étanche à nos valeurs.

La loi de 1905 et les dispositions légales contre les sectes devraient permettre de dissoudre les organisations salafistes ainsi que les Frères Musulmans, mais une telle décision entraînerait des émeutes de nombreux jeunes des territoires perdus de la République qui défendraient leurs co religionnaires.

En défendant son héritage culturel afin qu’il reste la norme de ce pays, La France de Marianne n’a pas pour ambition d’interdire le culte musulman mais à défendre un islam progressiste représenté par de courageuses personnes comme Mohamad Louizi auteur de l’excellent livre « Retour éclairé vers un islam apolitique », l’imam républicain Hocine Drouiche ou les figures charismatiques qu’incarnent Zineb El Rhazoui, pour n’en citer qu’une seule.
Nous soutiendrons tous les humanistes qu’ils soient athées, agnostiques, croyants de quelques religions que ce soit, mais nous refuserons toute concession au racisme et à la Charia, nous n’acceptons pas que notre héritage culturel soit mis à bas et fascisé, il est le socle fondamental sur lequel s’est construit cette France qui permet à ses contempteurs de la détruire.

La démocratie est en danger face au totalitarisme islamiste mais aussi face à ceux qui tentent de réduire ce combat crucial au seul respect de la loi de 1905, se transformant en commissaires politiques du haut de leur magistère moral en voulant nous bâillonner, nous isoler, nous diaboliser.

Ils n’y parviendront pas malgré tous leurs efforts. Le réel est là. Il faut faire avec le réel.

Nous sommes déterminés et représentons un mouvement de fond au sein de la société française et nous n’avons que faire de strapontins politiques que nous ne visons pas.

Mystique et politique ne font pas bon ménage (Péguy), nous défendons tous nos principes républicains, Liberté, Égalité, Fraternité et Laïcité, nous sommes des humanistes universalistes!

Que tous ceux qui veulent servir la France avec sincérité et désintéressement rejoignent La France de Marianne.

(1) Aucun de nos membres n’est engagé dans une carrière politicienne. Cela est incompatible avec notre idéal, qui transcende les objectifs partisans et idéologiques.