L’incendie de Notre Dame: accident ou acte criminel délibéré ?

Dans le contexte actuel où l’on observe une recrudescence exponentielle de destruction de lieux de culte chrétiens et d’attentats (dans lesquels 250 de nos compatriotes ont péri en 4 ans) revendiqués par des islamistes, il est difficile de ne pas penser à un attentat islamiste de plus. Chose qu’il y a encore 10 ans, aurait parût impensable ou presque.
Mais le monde a bien changé!

S’il s’avérait que ce n’était qu’un accident, cela n’effacera jamais la marque indélébile des réactions que cette catastrophe nationale aura suscité au sein de la  » Oumma « ( la  » nation islamique « ), de la communauté musulmane française et d’ailleurs.
Il n’aura fallu que quelques minutes, après l’apparition des premières flammes au dessus de Notre Dame, pour qu’aussitôt, un déluge de propos haineux, un torrent d’insultes, une boue de médiocrité hystérique revancharde se déversent sur les réseaux sociaux, contre la France, contre les chrétiens, contre  » les blancs  » (comme si la foi chrétienne n’était pas partagée et glorifiée par des centaines de millions de noirs, en Afrique et partout dans le monde !).
Devant l’effroyable spectacle de cette haine envers nous, envers la France, le pays qui les a accueilli, nourrit, soigné, qui leur a donné le statut de citoyen à part entière, qui leur donne du travail et le cas échéant des allocations sur les deniers du contribuables, face à cette manifestation brute de fanatisme obscurantiste d’un autre âge, il faudra vraiment être devenu complètement schizophrène pour continuer à nier l’évidence : Ces  » nouveaux français  » de première, deuxième, troisième générations, qui haïssent la France en invoquant de façon obsessionnelle leur  » religion « , leur dieu, leur prophète, sont de leur propre fait, des étrangers à notre pays à notre civilisation.
Ils ne sont pas étrangers parce que nous les  » traitons comme des étrangers « , comme ils le prétendent et aiment à le répéter indéfiniment, dans le monde, partout où ils s’installent, faisant de la victimisation leur fer de lance et leur seul crédo. Ils sont étrangers car ils revendiquent, clament leur différence et leur refus d’embrasser la culture, les lois, les règles, les traditions des pays qui les accueillent généreusement, au nom de leur  » religion « .
Avec le temps, ils sont toujours plus nombreux à réclamer toujours et plus de concessions de la part des habitants autochtones qu’ils refusent de considérer comme leur concitoyens, leurs frères, leurs égaux. Leur seul recourt est la violence, l’intimidation. Entre eux, ils s’appellent  » cousins  » car ils ont réduit leur raison d’exister à cette  » différence  » qu’ils mystifient.
Mais il ne faut pas s’arrêter là. Pour comprendre cette susceptibilité extrême, il faut réfléchir au contenu de ces  » tweets  » et à leur contexte :
Dans ce florilège d’imprécations, d’insultes, de jérémiades sur les réseaux sociaux, on remarque une insistance particulière sur cette affaire  » Hugo  » : un gamin, collégien du nom de Hugo a blagué candidement sur tweeter, en comparant la Kaaba (un gros bloque cubique) au jeux télé  » In the box « …
Peut-on imaginer une telle réaction à une telle futilité de la part de chrétiens, de juifs, de bouddhistes, ou toute autre autre religion sur terre ?
La réponse est NON ! C’est inimaginable !
Ces réactions maladives ne se manifeste que chez les (des) musulmans (pas tous évidemment, faut-il le rappeler!). Le monde, tragiquement, a fini par s’y habituer voir à l’excuser (par lâcheté et condescendance) mais ce n’est pourtant pas anodin !
Cette réaction systématique, ce réflexe pavlovien est un atavisme profondément ancré dans la culture arabo-musulmane. Cette incapacité à accepter la plus insignifiante critique en dit long sur le malaise de l’islam.
Tant de susceptibilité primaire et de violence révèle en vérité, un total manque de foi et un manque de confiance en soi.
Il est fondamental de relever ce fait !
Il faut être sacrément peu sûr de soi pour se rabaisser à une telle hystérie à propos de si peu, pour vouloir se  » venger « , pour invoquer le châtiment de dieu (comparons les atrocités, les génocides auxquels se livrent les islamistes dans le monde depuis les débuts de l’islam jusqu’à aujourd’hui) à cause d’une blague de collégien à propos d’un objet de culte!
Comment peut-on prétendre  » croire « , avoir vraiment la foi, en son dieu, sa religion et être si fragile? Un tel comportement n’est pas même digne d’un enfant  » normal « .
La question que tout cela pose est donc :
Qu’est-ce qui dans l’islam, produit cette psychose, ce bellicisme, cette outrance, cette puérilité ?

Vous le devez à vous-même, à vos proches, à vos enfants, aux futures générations : Que vous soyez musulman, chrétien, juif, bouddhistes ou autre, il est vital de comprendre ce qui se passe. Vous devez simplement vous intéresser aux textes de cette religion : le Coran en premier lieu bien-sûr, mais aussi, éventuellement, les Hadiths, la Sunna.
Vous pouvez acheter ces livres dans n’importe quelle librairie ou consulter la pléthore de sites islamiques tout à fait officiels, qui ont pignon sur rue, qui comme dans toutes autres religions, diffusent leurs textes sacrés à qui veulent les lire.
C’est URGENT !
Si vous pensez que vous pouvez, malgré tout ce qui se passe en France et dans le monde, vous dispenser d’une étude ne serait-ce que sommaire du sujet, vous ne pourrez pas dire après que vous ne saviez pas. Vous ne pourrez qu’avouer que vous ne vouliez pas savoir !
Vous vous inquiétez du problème mondial de l’écologie ?
Tant mieux, il s’agît ici d’écologie, de survie des espèces !

Pour info : La Kaaba est une idole pré-islamique auprès de laquelle les arabes, idolâtres, bien avant l’islam, venaient faire des sacrifices et se prosterner. Lorsque Mahomet était enfant, un de ses oncles d’ailleurs, était responsable de l’entretient de la Kaaba. Après que Mahomet ait  » reçus la révélation  » de Allah et créé l’islam, la Kaaba a continué à être le principal objet de culte de l’islam, autour duquel, lors de leur pèlerinage, les musulmans tournent SEPT fois. Le pèlerinage est un des  » CINQ piliers  » de l’islam et les musulmans le considèrent comme un des plus haut faits de leur adoration à dieu. Incidemment, on constatera ici un des multiples paradoxes de cette  » religion  » : En effet, dans le Coran, sourate 2, verste 214, il est dit à propos de l’idolâtrie :

(2.214 / K)  » Ils t’interrogeront sur le mois sacré; ils te demanderont si l’on peut faire la guerre dans ce mois. Dis-leur : la guerre dans ce mois est un péché grave; mais se détourner de la voie de Dieu, ne point croire en lui, et à l’oratoire sacré, chasser de son enceinte ceux qui l’habitent, est un péché encore plus grave. La tentation de l’idolâtrie est pire que le carnage. Les infidèles ne cesseront point de vous faire la guerre tant qu’ils ne vous auront pas fait renoncer à votre religion s’ils le peuvent. Mais ceux d’entre vous qui renonceront à leur religion et mourront en état d’infidélité, ceux-là sont des hommes dont les oeuvres ne profiteront ni dans cette vie, ni dans l’autre. Ils sont voués aux feux où ils resteront éternellement.  »

Paradoxes, Schizophrénie, haine, guerre, terreur, ad  nauseeum…

 

Jérome Barde.