Petit glossaire pour comprendre l’islamisme, par EVA SION

  • Apostasie :

Renoncement volontaire par un individu adulte et responsable à sa foi d’origine.

  • Attaque ad hominem :

Il s’agit d’une attaque personnelle qui vise directement la personne à qui l’on parle, sans s’attaquer à l’argument  lui-même s’adresse.

  • Charia:

Loi islamique régissant diverses normes et règles doctrinales, sociales, cultuelles, et relationnelles édictées par la « Révélation » dans le Coran. Le terme utilisé en arabe dans le contexte religieux signifie : « chemin pour respecter la loi de Dieu ».

  • Entrisme musulman :

Stratégie d’organisation qui consiste à faire entrer de manière concertée des membres de la communauté musulmane dans d’autres organisations, pour les infiltrer.

  • Essentialisme :

Doctrine qui s’attache à l’étude de l’essence. Dans cette conception, les diverses espèces animales et végétales diffèrent entre elles par essence, ce qui implique la reconnaissance de la discontinuité du vivant. Selon cette doctrine, les musulmans seraient intrinsèquement différents des fidèles appartenant à d’autres religions.

  • Djihad :

En arabe, ce terme signifie « abnégation », « lutte », ou « résistance », voire plus globalement « guerre sainte ». Dans le Coran, il s’agit d’un devoir religieux pour les musulmans.

  • Fascisme :

Système politique autoritaire qui associe populisme, nationalisme et totalitarisme au nom d’un idéal collectif suprême. À la fois révolutionnaire et conservateur, il s’oppose frontalement à la démocratie parlementaire et à l’État libéral garant des droits individuels.

  • Fatwa :

Avis juridique donné par un spécialiste de la loi islamique sur une question particulière. Une fatwa n’est pas forcément une condamnation. Il s’agit d’un avis religieux pouvant porter sur des domaines variés : les règles fiscales, les pratiques rituelles ou encore l’alimentation.

  • Idéologie totalitaire :

Système, pensée, philosophie ou religion qui prétend embrasser la totalité du monde, des êtres humains, des sociétés ; leur passé, leur présent, leur avenir ; et régir en conséquence leur existence, leurs mœurs et leur gouvernement.

  • Intersectionnalité :

Notion employée en sociologie et en réflexion politique, qui désigne la situation de personnes subissant simultanément plusieurs formes de domination ou de discrimination dans une société. Ainsi les féministes intersectionnelles  se considèrent en tant que femmes et musulmanes, comme doublement opprimées.

  • Oumma :

Désigne la communauté des musulmans. Cette notion marque le dépassement des appartenances tribales et ethniques, puis nationales, au profit de l’appartenance religieuse.

  • Partition :

Phénomène de division, qui consiste à séparer les musulmans du reste des autres communautés.

  • Racialiste :

Adjectif  qui qualifie un défenseur du racialismec’est-à dire la théorie selon laquelle il existe des races humaines qui sont différentes les unes des autres. Une personne racialiste considèrepar exemple, qu’une personne noire est différente d‘une personne blanche biologiquement et psychologiquement.

  • Relativisme :

Doctrine  les valeurs sont relatives aux circonstances et variables. Ainsi le relativisme consiste à tout mettre sur le même plan. La souffrance de victimes d’attentats par exemple, et celle des familles de ceux qui en sont morts en « martyrs » de leur religion.

  • Servitude volontaire / aliénation librement consentie:

Attitude consistant à se soumettre volontairement à une autre personne. Il en va ainsi de certaines femmes musulmanes qui tout en portant le voile islamique, se prétendent parfois féministes.

  • Sophisme :

Raisonnement qui n’est logique ou vrai qu’en apparence, mais qui est délibérément conçu pour tromper ou faire illusion.

  • Suprématiste :

Caractérise une philosophie néonazie qui pose le principe de la suprématie de la race pure.

  • Taqîya :

Peut être définie  comme« la « dissimulation des opinions religieuses » légalement autorisée pour les musulmans en cas de contrainte ou de grave danger. » La source de la taqiya étant le texte coranique, son principe est « général en Islam ».